Internet et la paresse

# 04/12/2010 à 18:36 L'homme qui passe

Les sites Internet provoquent la paresse de beaucoup d'internautes et les transforment pour la vie en personnes assistées qui ne parviennent plus à faire quoi que ce soit sans les consulter.
D'ailleurs les sites n'apportent pas toujours à celui qui les visite tout à fait ce qu'il recherche. Alors, à défaut de mieux, l'utilisateur doit se contenter de ce qu'il y pioche : maigre pitance!!
Les internautes devraient s'employer à participer plus positivement à leurs travaux de recherche. Comment? Bonne question ... qui restera ouverte parce que chacun aura sa petite idée sur la façon de rentabiliser le temps qu'il passe sur la toile.

# 19/01/2012 à 17:41 chandelle

L'utilisation d'Internet dépend des attentes de l'utilisateur : le chercheur chevronné et le simple consultant n'ont ni les mêmes ambitions ni les mêmes attentes même si la présence de l'un et de l'autre sur la Toile est égale en volume horaire; qui chasse les trésors, qui chasse les mouches!

# 08/12/2014 à 21:50 Chaâbane

Très bien dit Chandelle. Beaucoup d'esprit!

# 08/12/2014 à 21:56 C

L'Ecole et la Paresse

La paresse
La paresse n’est pas un mythe, c’est une donnée fondamentale et comme naturelle de la situation scolaire. Pourquoi ? Parce que l’école est une structure de contrainte, que la paresse est un moyen, pour l’élève, de se jouer de cette contrainte. La classe comporte fatalement une force de répression,, ne serait-ce que parce qu’on y enseigne des choses dont l’adolescent n’a pas forcément le désir. La paresse peut être une réponse à cette répression […]
Cette réponse n’est pas directe, elle n’est pas une contestation ouverte, car l’élève n’a pas les moyens de répondre de front à des contraintes ; c’est une réponse détournée, qui évite la crise.
Autrement dit, la paresse scolaire a une valeur sémantique, elle fait partie du code de la classe, de la langue naturelle de l’élève.
-----------------------------------------------------------------------------
in Interview de Roland Barthes par Christine Eff,
Le Monde, 16-17 septembre 1979

# 08/12/2014 à 22:02 Chaâ

J'ai vu, sur un site, ce texte proposé en examen à des élèves de 3AS.
Il faut pas être un génie pour comprendre que le prof qui propose ce type de sujet n'est pas paresseux

Répondre à ce message