Evaluation diagnostique

# 25/04/2010 à 21:23 ANIS

Parmi les différents types d’évaluation (sommative / formative / diagnostique), l’évaluation diagnostique est relativement peu pratiquée. Elle peut prendre la forme de l’interrogation orale en début de classe, assez fréquente. Cependant, l’évaluation diagnostique reste peu mise en œuvre de manière rigoureuse, normée et écrite. […]

Un retour sur nos pratiques.

Le travail du groupe est un miroir particulièrement efficace de nos pratiques professionnelles.
Par exemple, nous avons pris conscience que la lecture rapide des documents et la recherche rapide d’informations sont privilégiées et valorisées. Un texte par exemple est rarement lu jusqu’au bout par les élèves, et presque jamais dans le détail. Dans le cadre du cours dialogué par exemple, la réponse rapide (et la bonne réponse) est valorisée au détriment de l’analyse fouillée, approfondie du texte. De même, les questions suivent très souvent, presque systématiquement, l’ordre du texte.
A l’inverse, la démarche de l’évaluation diagnostique débouche sur un travail minutieux du document, sur une lecture très attentive du texte par exemple, car on recherche alors l’erreur de l’élève pour mieux apprécier ses capacités.

Dans les pratiques de classe, on s’intéresse peu au sens général du document. De plus, pour faire « avancer » le cours, il est nécessaire au professeur qu’un élève trouve la bonne réponse et nous travaillons donc peu sur les erreurs des élèves. La correction des évaluations en donne un bon exemple : le plus souvent les élèves qui ont réussi redonnent leurs bonnes réponses.

Il nous semble aussi que les documents sont souvent étudiés un par un. Même si le travail sur des exercices du type Bac ou Brevet repose sur un ensemble documentaire, la conduite du cours « classique » repose davantage sur l’examen de documents successifs (un document puis une trace écrite, etc.).

Le statut du document soulève ici de multiples enjeux :
- comment apprendre à raisonner ? A mettre en relation ? A justifier ? A argumenter ? A généraliser voire à théoriser ? Il s’agit d’objectifs majeurs de nos disciplines.
- Comment évaluer et comment corriger (pour que la correction est un sens et soit utile aux élèves « en difficulté ») ?
- Quelle est la place du document dans notre enseignement et dans nos pratiques ?

Le document est un « angle d’attaque » efficace, révélateur de toutes sortes de pratiques. Le document peut servir d’illustration pour appuyer le raisonnement mené par l’enseignant. Il peut au contraire être travaillé par les élèves eux-mêmes. Le document peut être examiné seul ou en relation avec d’autres documents. Il permet de dégager des idées, souvent généralisées dans une trace écrite. Il est rarement le moyen d’amener les élèves à émettre des hypothèses. Plus souvent, l’enseignant montre aux élèves que des connaissances doivent être apportées pour comprendre le document, l’éclairer, le critiquer. Bref, s’intéresser au statut du document dans nos pratiques professionnelles, c’est bien souvent interroger l’ensemble de ces pratiques : situations d’apprentissage, activités des élèves, élaboration de la trace écrite, etc.

Source : Internet


# 03/07/2010 à 12:17 ryma

L'évaluation diagnostique c'est L’évaluation des acquis des
élèves qui fournit un état des
lieux. Que savent-ils déjà ?Sur quelles
compétences peut-on compter ? Les acquis
préalables nécessaires sontils bien en place ?A qui font-ils défaut ?Quelles
présentations impropres, quelles erreurs
classiques, quelles pratiques inappropriées faudra-t-il combattre ?
L'enseignant peut ainsi connaître pour chaque élève:
-ses points forts sur lesquels ancrer les nouveaux apprentissages et ses points faibles, signes des difficultés
qu'il rencontre.

On la pratique Au début d’une année,
d’un chapitre ou d’un cours.L’évaluation diagnostique n’est
pas difficile à pratiquer, mais elle
n’a de sens que par l’usage fait
des résultats du diagnostic pour adapter
l’enseignement aux élèves tels qu’ils sont.

Ainsi l'évaluation diagnostique fournit aux enseignants des repères pédagogiques
pour organiser les apprentissages. Le
diagnostic agit sur ses choix de progression, sur l’organisation interne de sa classe, sur les documents et exercices qu’il propose.



# 04/07/2010 à 23:53 ryma (Re post)

L'évaluation diagnostique c'est L’évaluation des acquis des élèves qui fournit un état des lieux. Que savent-ils déjà ?Sur quelles compétences peut-on compter ? Les acquis préalables nécessaires sontils bien en place ?A qui font-ils défaut?Quelles présentations impropres, quelles erreurs classiques, quelles pratiques inappropriées faudra-t-il combattre ?
L'enseignant peut ainsi connaître pour chaque élève:
-ses points forts sur lesquels ancrer les nouveaux apprentissages et ses points faibles, signes des difficultés qu'il rencontre.

On la pratique Au début d’une année,
d’un chapitre ou d’un cours. L'évaluation diagnostique n’est
pas difficile à pratiquer, mais elle
n’a de sens que par l’usage fait
des résultats du diagnostic pour adapter l’enseignement aux élèves tels qu’ils sont.

Ainsi l'évaluation diagnostique fournit aux enseignants des repères pédagogiques pour organiser les apprentissages. Le diagnostic agit sur ses choix de progression, sur l’organisation interne de sa classe, sur les documents et exercices qu’il propose.

Répondre à ce message

×