Créer un site gratuitement Close

1 AS

Travail proposé par un collègue


EVALUATION DIAGNOSTIQUE

Tester et mobiliser les informations antérieures de l’apprenant.

Sujet : Votre ami compte quitter le pays clandestinement. Rédigez une lettre dans laquelle vous tenterez de l’en dissuader.

Vous structurez votre texte de la façon suivante :
  -Thèse défendue :   Ne pas quitter le pays.
  - Argument:  Le voyage comporte des risques.
  - Argument:  Le succès n’est pas garanti une fois la traversée effectuée.
  - Argument3 :  Le gaspillage de l’argent.


Vous utiliserez :
    - les temps qui conviennent et les types de phrases appropriées
    - les articulateurs pour marquer l’enchaînement des arguments        


Séquence 1 : Organiser son argumentation


Je n’aime pas la guerre


Je n’aime pas la guerre. Je n’aime aucune sorte de guerre. Ce n’est pas par sentimentalité. Je suis resté quarante-deux jours devant le fort de Vaux[1] et il est difficile de m’intéresser à un cadavre désormais. Je ne sais pas si c’est une qualité ou un défaut : c’est un fait.

Je déteste la guerre. Je refuse de faire la guerre pour la seule raison que la guerre est inutile …Ce qui me frappe le plus dans la guerre ce n’est son horreur : c’est son utilité. Vous me direz que cette inutilité précisément est horrible. Oui, mais par surcroît. Il est impossible d’expliquer l’horreur de quarante-deux jours d’attaque de Verdun[2] à des hommes qui, nés après la bataille, sont maintenant dans la faiblesse et dans la force de la jeunesse. Vous ne pouvez pas leur prouver l’horreur. L’horreur s’efface.

Et j’ajoute que, malgré toute son horreur, si la guerre était utile il serait juste de l’accepter. Mais la guerre est inutile et son inutilité est évidente. L’inutilité de toutes les guerres est évidente. Qu’elles soient défensives, offensives, civiles, pour la paix, le droit à la liberté, toutes les guerres sont inutiles. La succession des guerres dans l’histoire prouve bien qu’elles n’ont jamais conclu puisqu’il a toujours fallu recommencer les guerres.
                                       
    
Jean Giono, « Lettres aux paysans sur la pauvreté et la paix,
Ecrits pacifistes, 1938 »




Note :

L’auteur, en 1915, est mobilisé et participe à son corps défendant à des combats dont il raconte l’horreur et l’absurdité dans le Grand Troupeau, roman publié en 1931.
 
                                     
[1] Fort pris par les allemands le 2 juin  et repris par les français 1925 au prix d’une lutte acharnée.
[2]Verdun, un symbole de la résistance française, a marqué durablement les esprits par l’étendue des pertes (360 000 Français et 330 000 Allemands



Activité  : Compréhension de l’écrit

Les objectifs d’apprentissage :
-         Saisir l’image du texte
-         Identifier le domaine, le thème, et les mots clés
-         Réguler la prise de parole
-         Identifier les caractéristiques du texte argumentatif

Support :  Je n’aime pas la guerre
      Jean Giono, « Lettres aux paysans sur la pauvreté et la paix, 
                               Ecrits pacifistes, 1938 »  
                                                  
Déroulement de l’activité :

Analyse des éléments périphériques :
  • ·        Le titre


-         lisons le titre de ce texte  « Je n’aime pas la guerre »
       Q - Quelles informations nous apporte le titre ?
        R - Les informations apportées par le titre sont :
(Il s’agit d’une personne ; elle se désigne par « je ».Cette personne n’aime pas la guerre.)
Q- Cette personne est-elle pour ou contre la guerre ?
R- Elle est contre la guerre.
  • ·        La source


       «  Lettres aux paysans sur la pauvreté et la paix, Ecrits pacifistes »
       Q – De quel genre d’écrit s’agit-il ?
       R – Il s’agit d’une lettre.
       Q – A qui est adressée cette lettre ?
        R – Cette lettre est adressée aux paysans. Ils sont les récepteurs de cette
        lettre.                
       Q –  De quoi pourrait parler l’auteur dans cette lettre ?
        R –  L’auteur parlerait de son sentiment, de sa position à l’égard de la
      guerre. Il est hostile à la guerre. L’auteur est donc pour la paix.
         Q – Comment appelle-t-on les personnes, comme l’auteur de notre lettre
     qui oeuvrent pour la paix ?
        R –  Ce sont des pacifistes. (Pacifisme. Doctrine de ceux qui refusent de
         considérer la guerre comme un moyen de résoudre les différends entre
         États.V. aussi non-violence)
  • ·        Analyse des débuts de paragraphes

1§ : « Je n’aime pas la guerre»
Q – Que constatez-vous ?
 R –  Le début du premier paragraphe est une reprise du titre
 Q –  Pourquoi l’auteur a ouvert sa lettre par la reprise de son titre ?    
 R –   L’auteur veut insister, mettre avec force l’accent sur le fait qu’il n’aime pas la guerre. Il ressent une aversion  antipathie, dégoût, exécration, haine, hostilité, répugnance, répulsion vis-à-vis de la guerre.
2§ : « Je déteste la guerre» 
Q – Le début du deuxième paragraphe apporte-t-il une nouvelle information ?
R –  Non. L’auteur continue à insister sur son rejet de la guerre. Cette itération par l’intermédiaire du champ lexical de « ne pas aimer » a pour de montrer le refus de l’auteur de la guerre.
3§ : « Et j’ajoute….»
Q – Quelle est la valeur de « ET » ?
R –  La valeur de « ET » est une conjonction de coordination exprimant l’addition.
Q – Quelle est la signification de « ajouter » ?
R –  « Ajouter » veut dire apporter un plus, dire en plus, donner plus d’insistance à ce qui a dit précédemment (dans le 1§, 2§)
  • ·        Hypothèses de sens

Q -  D’après les éléments que nous venons de voir (titre, source, débuts de paragraphes) quelles hypothèses pourriez-vous formuler ?
R –  Les hypothèses que nous pourrions formuler sont :


  •           L’auteur explique pourquoi il n’aime pas la guerre
  •           Sentiment éprouvé à l’issue d’une expérience personnelle



II) Lecture silencieuse (lecture ciblée)
Consignes de lecture :
-         L’auteur est-il présent dans son texte ? Relevez les termes qui le désignent.
-         Quels sont les mots les plus récurrents dans ce texte ?
  • ·        Analyse du texte


Q – L’auteur est-il présent dans son texte ? Relevez les termes qui le désignent
R –  L’auteur est présent dans son texte. Les termes qui le désignent sont : je (7 occurrences), m’, me (2 occurrences)
Q – Pourquoi l’auteur est-il présent dans son texte ?
R –  L’auteur est présent dans son texte parce qu’il exprime sa position à l’égard de la guerre. Il donne son point de vue.
Q –  Justifiez votre réponse à partir du texte ?
R –  La justification est :
-         Je n’aime pas la guerre.
-         Je déteste la guerre.
-         J’ajoute que…
Q –   L’auteur est-il objectif ? Est-il neutre ?
R –   L’auteur n’est pas neutre. Il prend parti en donnant un point de vue, une opinion favorable à la non violence.
Q –   Quels sont les mots qui reviennent souvent dans ce texte ?
R –   Les mots les plus récurrents dans ce texte sont : inutile (7occurrences), horreur (6 occurrences).
Q –  Qu’est ce qui est inutile et horrible 
R –    La guerre est inutile et horrible.
Q –    Pour qui la guerre est inutile et horrible ?
R –    La guerre est inutile et horrible pour l’auteur. C’est à cause de ces deux raisons qu’il est hostile à la guerre


·        Synthèse : Jean Giono, écrivain français pacifiste, s’adresse aux paysans pour les convaincre de l’inutilité et de l’horreur de la guerre.Il développe une argumentation pour persuader  les destinataires de la justesse de sa thèse.
  •    Phase d’analyse  texte


Q – Quelle est la thèse défendue par Giono ?
R – La thèse défendue par Giono est (contre  la guerre)
Q – L’auteur est-il contre la guerre par sentimentalité ?
R – L’auteur est contre la guerre non par sentimentalité, par sensiblerie[3].
Q – Quel fait historique a poussé l’auteur à ne pas aimer la guerre ? Justifiez votre réponse à partir du texte.
R – Le fait historique qui a poussé l’auteur à ne pas aimer la guerre est la bataille de Verdun. L’auteur [4]a pris part à cette bataille
Justifications « Je suis resté quarante –deux jours devant le fort de Vaux …. …de m’intéresser à un cadavre désormais». « Il est impossible d’expliquer l’horreur de quarante- deux jours d’attaque de Verdun…»
Q – Pour quelle raison l’auteur refuse-t-il de faire la guerre ?

R – L’auteur refuse de faire la guerre parce qu’elle est inutile

Q – Qu’est ce qui touche le plus l’auteur l’horreur ou l’inutilité de la guerre ? Relevez une phrase qui confirme votre réponse.
R – L’auteur est plus touché par l’inutilité de la guerre que par son horreur.
Justification : « Ce qui me frappe le plus dans la guerre ce n’est pas son horreur : c’est son utilité »
Q  – Que disent les destinataires (les paysans) à propos de la guerre ? Relevez une phrase du texte.
 R –  Les paysans disent que l’inutilité de la guerre est horrible.
Justification : « Vous me direz que cette inutilité précisément est horrible»
 Les paysans pensent que l’horreur de la guerre est intrinsèque (interne) à son
 inutilité.
 Q – L’auteur partage –t-il le point de vue des paysans ? Justifiez votre réponse.
 R – L’auteur partage le point de vue des paysans. Il émet cependant une réserve
 Justification « Oui, mais par surcroît »
 L’auteur soutient que la guerre, en plus de son inutilité, est une horreur.

L’auteur refuse de faire la guerre parce qu’elle est une horreur.


Q – Quelle hypothèse émet l’auteur dans la première phrase du troisième paragraphe ?
R – L’hypothèse émise par l’auteur dans la première phrase du troisième paragraphe est : si la guerre était utile bien qu’elle soit une horreuril serait juste de l’accepter
Q – L’auteur affirme –t-il ou infirme-t-il cette hypothèse ? Relevez une phrase qui justifie votre réponse.
R – L’auteur infirme cette hypothèse
Justification : « Mais la guerre est inutile et son inutilité est évidente »
Q – L’auteur cautionne –t-il, approuve-t-il une quelconque forme de guerre ? Justifiez votre réponse.
R – L’auteur ne cautionne aucune forme de guerre. Il les rejette toutes.
Justification : « Qu’elles soient défensives, offensives, civiles, pour la paix, le droit à la liberté, toutes les guerres sont inutiles. »
Q – Les guerres résolvent-elles les différends entre les peuples ? Justifiez votre réponse.
R – Les guerres ne résolvent les différends entre les peuples.
Justification : « La succession des guerres dans l’histoire prouve bien qu’elles n’ont jamais conclu puisqu’il a toujours fallu recommencer les guerres.


L’auteur refuse de faire la guerre  parce qu’elle ne résout pas les problèmes.                  

                                       
Plan du texte

Thèse défendue : Contre la guerre
Arguments développés :
v    A: la guerre est inutile
v    A: la guerre est horrible
v    A3 :   les guerres ne règlent pas les problèmes


Séance : Compréhension de l’oral
Support : Le déserteur, Boris Vian
Equipement : matériel sonore (CD audio de Mouloudji)
Objectifs 
1-     développer l’écoute et l’expression orale
2-     identifier le(s) thème(s) du texte écouté
3-     évaluer la compréhension orale

Vian, Boris (1920-1959), écrivain, chansonnier et musicien de jazz français, auteur de l'Écume des jours, devenu une figure mythique de la littérature française.

 

Le Déserteur
Monsieur le Président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir
Monsieur le Président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens
C'est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Ma décision est prise
Je m'en vais déserter

Depuis que je suis né
J'ai vu mourir mon père
J'ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants
Ma mère a tant souffert
Qu'elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes
Et se moque des vers
Quand j'étais prisonnier
On m'a volé ma femme
On m'a volé mon âme
Et tout mon cher passé
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J'irai sur les chemins

Je mendierai ma vie
Sur les routes de France
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:
Refusez d'obéir
Refusez de la faire
N'allez pas à la guerre
Refusez de partir
S'il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le Président
Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer 

Boris VIAN, Textes et chansons,1954

1ère écoute


Q : A quoi reconnaissez-vous que c’est une lettre ?
R : On reconnaît que c’est une lettre aux paroles de l’auteur : « Monsieur le Président, je vous fais une lettre »
Q : Qui parle dans le poème ? Par quel pronom se désigne-t-il ?
R :   Le poète (un déserteur de l’armée) .Il se désigne par le pronom : je
Q : A qui s’adresse-t-il ?
R : Il s’adresse au Président.
Q : Quel est le message que veut faire parvenir le poète au Président ?
R : Le message que le poète veut faire parvenir au président qu’il est contre la guerre et qu’il s’en va déserter

·        Synthèse partielle : Le destinateur (poète) informe par lettre le destinateur (Président)  qu’il refuse de faire la guerre et qu’il va déserter.

2ème écoute

Q : En quelle circonstance le poète a écrit sa lettre ?
R : Après qu’il a reçu ses papiers militaires pour aller à la guerre.
Q : Quels sont les arguments qu’il avance pour expliquer son refus de faire la guerre ?
R : les arguments sont :    
            A1- Il n’est pas sur terre pour tuer des pauvres gens
            A2- Il a vécu les conséquences de la guerre (mort, vol, souffrance…)
Q : Quels sont les mots qui appartiennent au domaine de la guerre ?
R : Les mots sont : militaire, guerre, tuer, déserter, mourir, pleurer, prisonnier…

·        Synthèse partielle : Le destinateur (poète) explique au destinataire (Président) pourquoi il refuse de faire la guerre.


3ème écoute


Q : Relevez les vers où Boris Vian :
A- attaque le Président ouvertement.
R : (vers 3et4) Que vous lirez peut-être si vous avez le temps.
B- accuse le Président d’envoyer les hommes à la mort.
R : (vers 41et 43) S’il faut donner son sang ; Allez donner le vôtre ; Vous êtes bon apôtre.
C- incite les gens à la désobéissance
R : Refusez d’obéir ! Refusez de la faire ! N’allez pas à la guerre ! Refusez de partir !


Synthèse générale : Le Déserteur, hymne d’une jeunesse militante antimilitarisme, exprime le ras le bol de la guerre qui a prévalu durant les années soixante dans la société française.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (11)

1. sabi (site web) 11/11/2012

merciiiiiiiiiiiiii
mais je veux encore plus que ça

2. chakib 04/10/2012

slm, c'est vraiment intéressant ce que vous faîtes, mais comment télécharger,SVP? merci

3. francais-au-lycee-dz (site web) 05/05/2012

Collègue Meddah,
Je m'excuse tout autant que vous de m'être laissé emporté mais vous comprendrez, collègue, que je me suis senti injustement malmené ... Monsieur Meddah, soyons désormais frères et travaillons, comme cela a toujours été le cas, avec tous nos valeureux amis de la vieille école (de la trempe de Tasseerat et autres chevaliers de l'ombre que nous ne nommons pas ici), la main dans la main. Apportons, chacun, notre pierre à l'édifice de l'éducation. Cherchons notre inspiration dans le partage constructeur et œuvrons pour la réussite de nos enfants.

Bien amicalement à vous. (L'administrateur, alias Mirage)

4. Meddah 05/05/2012

Cher Monsieur,
Vous avez bien fait de m'avoir acheminé vers M.Tasserat qui a reconnu son acte et qui a décliné votre vraie identité. A ce moment là, j'ai senti que la terre bouge sous mes pieds et je ne savais quoi dire.

5. francais-au-lycee-dz (site web) 29/04/2012

Veuillez contacter monsieur Tasseerat B. du lycée Karzazi dont vous vous réclamez ...

Ce travail m'a été envoyé, pour être publié sur le site, par Bouabdellah Tasseerat du Lycée Karzazi (Boukadir). Alors, Monsieur Meddah, je vous prie de retirer vos propos diffamatoires, de faire vos excuses et de ne plus jamais vous permettre de poster quoi que soit sur mon site. (L'administrateur : K. M. N. alias Mirage)

6. L'administrateur 29/04/2012

Ce travail m'a été envoyé, pour être publié sur le site, par Bouabdellah Tasseerat du Lycée Kerzazi (Boukadir). Alors, Monsieur Meddah, je vous prie de retirer vos propos diffamatoires, de faire vos excuses et de ne plus jamais vous permettre de poster quoi que soit sur mon site. (L'administrateur : K. M. N. alias Mirage)

7. Meddah 25/04/2012

C'est honteux de votre part, comment vous publier un travail qui ne vous appartient pas.
ça c'est mon travail de capes et je n'ai autorisé personne à le publier.
M.MEDDAH lycée Karzazi Boukader

8. yamina belkacem 23/01/2012

comment le telecharger merci

9. Mirage 05/09/2011

Il n' y a vraiment pas de quoi. Je suis content que ce modeste travail soit utile à des collègues, consciencieux, soucieux de réaliser de bons résultats avec leurs apprenants.

Amicalement vôtre.

10. Nadine Rose 05/09/2011

Bonjour, votre site nous a vraiment donné une aide précieuse je vous remercie infiniment.

11. samir badi 11/03/2011

merciiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Ajouter un commentaire

Copyright © Français au lycée dz - février / mars 2010

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site