Les trois grains - Conte

Cette histoire se passe en Chine, il y a très  longtemps. 
Dans les collines du sud vivait une famille très pauvre : une petite fille qui s'appelait Ding Yun, son père et sa mère.­ Ils étaient si pauvres qu'ils ne possédaient qu'une vieille chaumière et ne mangeaient qu'un  jour sur deux.  
Pour nourrir sa famille le père part un jour mendier sur le grand chemin. Une dame d'une grande beauté passe par là. Elle a l'air très riche et ce qui est très étonnant, elle est assise sur un buffle blanc. Elle s'approche de notre homme. Comme il a vraiment l'air très misérable, elle ôte son collier, ouvre le médaillon et en sort trois petits grains blancs comme des perles.  
Prends ces trois grains, dit-elle au papa de Ding Yun. Si tu en fais bon usage, ils te donneront la fortune. Mais quand tu seras devenu riche, tu devras m'inviter chez toi pour un  festin de roi. » 
Aussitôt la dame s'en va et notre homme, tout dépité, rentre chez lui. Il raconte à sa femme ce qu'il lui est arrivé. Aussitôt ils se demandent comment faire bon usage de ces trois grains.  
« Il faut faire une soupe » s'exclame le père. 
Il prend le premier grain, le met dans une grande marmite avec beaucoup d'eau et le fait cuire longtemps, longtemps...  
Le soir venu, Ding Yun, son père et sa mère boivent cette « soupe » en faisant la grimace. En fait, ce n'est que de l'eau chaude. Le grain a fondu.  
« Ce n'est pas ça qui nous donnera des forces! déclare la maman de Ding Yun. 
Demain, c'est moi qui m'occuperai du deuxième grain. »  
Le lendemain, la maman de Ding Yun allume un feu avec quelques brindilles de bois mort.  
Elle prend le deuxième grain et le fait cuire dans une poêle. Le grain croustille. Ça sent presque bon. « Voilà c'est prêt ! »  
La mère coupe le grain en trois. Chacun mâche longtemps sa bouchée. 
« J'ai encore faim », se plaint Ding Yun à la fin du repas. 
- Cette dame s'est bien moquée de moi, gronde le père. Ce ne sont pas ces minuscules grains qui vont nous nourrir ! Ils sont trop petits!  
Tout le monde s'endort avec un creux à l'estomac. 
Le lendemain, Ding Yun observe le dernier grain au fond de l'écuelle. 
Que pourrait-on bien en faire ? 
Pendant qu'elle réfléchit, un oiseau se pose sur le bord du plat et prend le grain dans son bec. Heureusement, Ding Yun le voit et pousse un cri. 
Pris de peur, l'oiseau s'enfuit en lâchant le grain qui roule dans la poussière. 
D i n g  Yun  se précipite pour le ramasser. 
Mais Voilà qu'en essayant de l'attraper, elle l'enfonce encore plus sous la terre. Elle creuse pour le sortir, mais plus elle creuse plus le grain s'enfonce au fond du trou. 
Le grain est Perdu ! 
Ding Yun se met à pleurer, pleurer : son papa sera très fâché... 
Mais le père a le ventre trop vide pour gronder sa fille. 
« C’est de ma faute si nous n’avons rien à manger », dit il. 
Demain j’irai à la ville et je ne reviendrai pas avant d’avoir trouvé assez d’argent. Ding Yun et sa maman sont très tristes, mais le père s’en va quand même. 
Le père de Ding Yun cherche longtemps un travail à la ville. 
Un jour il croise par hasard la dame au buffle blanc. 
Comment se fait-il que tu sois ici brave homme ? lui demande-t-elle. Je suis justement invitée chez toi aujourd'hui...  
Notre homme est très surpris, il n'est pourtant pas plus riche qu'avant. Intrigué, il suit la dame. 
De retour chez lui, quelle surprise! 
Une bonne odeur flotte dans la cuisine. 
Ding Yun et sa maman  ont préparé des mets de toutes sortes. 
Une belle table les attend dans la salle à manger. 
Notre homme n'en croit pas ses yeux. Comment cela est-il possible? 
En vérité, une plante avait poussé là où Ding Yun avait perdu le troisième grain. 
Après le départ de son papa, la petite fille avait tellement pleuré que d’autres pousses de riz avaient germé, et puis d'autres, et puis d'autres encore... jusqu'à remplir la vallée. 
Pour qu'elle ne pleure plus, la dame lui fit cadeau du buffle. 
C'est depuis ce temps qu'il y a des rizières en Chine, des buffles blancs dans les rizières et, sur leur dos, des enfants qui rient. 
 
Conte de Myriam Caron-Chirousse  

 

Ajouter un commentaire