La pédagogie du projet

Nous vivons depuis quelques années un changement global qui a touché toutes les matières et notamment le Français. Ce changement traduit la volonté des instances pédagogiques d’innover le système éducatif et les démarches adoptées par les enseignants dans la pratique de la classe. C’est ce qui explique l’émergence d’un nouveau contenu et de nouvelles méthodes qui se manifestent à  travers les programmes officiels et les manuels scolaires. Ce changement comme tout changement a provoqué une polémique au sein du corps enseignant. En effet, les enseignants, toujours attachés à des méthodes « archaïques » qui se sont avérés « inefficaces », trouvent des difficultés à s’adapter à un nouveau contexte et aux nouvelles méthodes. Certains se plaignent du niveau des élèves, d’autres de la complexité des programmes considérés comme ambitieux et irréalisables faute de moyens et de temps.

Cette polémique est due, en réalité, à un problème de formation et d’information car les enseignants ne trouvent pas de réponses concrètes aux questions qu’ils posent et aucune solution n‘est proposée.

Nous essayerons donc dans cet article d’expliquer certains choix pédagogiques et didactiques en mettant l’accent sur la différence entre la pédagogie par objectifs et la pédagogie du projet et en explicitant les références théoriques qui les sous-tendent.

I- Références théoriques :

1- Le behaviorisme :

Une réflexion centrée sur le produit de l'action et dominée par le couple objectif/évaluation.

Cette réflexion s’appuie sur :

- une définition précise des comportements que l'on souhaite voir apparaître rapidement au terme de l'action pédagogique.

- prise en compte des caractéristiques individuelles des apprenants et de leurs acquis antérieurs.

- évaluation au terme de l'action pédagogique (évaluation sommative).

 

  • Impact pédagogique :

L'apprentissage relève du seul conditionnement. L'individu est enseigné par influence: il associe un comportement à une situation à l'aide du renforcement. (S.R: Stimulus-réponse).

Dans ce contexte, l’apprenant dépend de l’enseignant qui décide de tout. En effet, c’est à l’enseignant de choisir et de sélectionner la méthode adéquate, l’activité et le questionnement adéquat afin d’avoir une réponse attendue. Réponse qui sera renforcée dans un second temps.

Stimulus >>>> réponse >>>> renforcement

2- Le constructivisme :

Une réflexion centrée sur les acteurs, les processus, et sur l'articulation de ces actions avec les contextes dans lesquels ils s'inscrivent... (Piaget, Vygotsky)

 

Intérêt >>>> déséquilibre >>>> ré équiliration

Assimilation >>>> Accommodation >>>> Adaptation

Cette réflexion s’appuie sur :

- une attention portée aux processus d'apprentissage, aux activités conduisant à la performance (articulation apprentissage, enseignement et objectifs).

- prise en compte du vécu, des expériences, du désire des formés et plus seulement de leurs performances.

- participation directe des formés à la définition des objectifs. Evaluation en cours de formation (évaluation formative et formatrice). 

 

- Impact pédagogique :

- L'individu accède à la connaissance par une démarche personnelle et active d'appropriation du savoir.

- L'individu construit ses propres structures de connaissance en puisant dans l'environnement extérieur des données qu'il interprète, qu'il transforme, qu'il réorganise.

Contrairement au behaviorisme, le constructivisme met l’apprenant au centre de l’acte éducatif  puisque la connaissance scolaire est élaborée, voire construite par les élèves.

II- Pédagogie par objectifs et pédagogie du projet :

Ces deux pédagogies nous renvoient à la fois aux anciens programmes et aux nouveaux programmes. En effet, les anciens programmes s’appuyaient sur la pédagogie par objectifs qui émane du behaviorisme puisque tout le module dépendait d’un objectif discursif et que toutes les activités (ayant leurs propres objectifs spécifiques) visaient la réalisation de l’objectif discursif relatif à la production écrite.

Ainsi tout est planifié à l’avance par l’enseignant qui manipulait ses élèves pour réaliser les objectifs prédéterminés. Ces derniers étaient totalement passifs et dépendaient totalement de l’enseignant.

C’est ce qui explique l’importance donnée dans les nouveaux programmes à l’autonomie de l’élève. C’est le principe fondamental de la pédagogie du projet inspiré du constructivisme qui donne une grande importance aux intérêts des apprenants considérés comme acteurs dans la construction du savoir.

Toutefois, il faudrait souligner que  les nouveaux programmes ne se sont pas totalement écartés de la pédagogie par objectifs qui a certaines qualités tout en s’inspirant de la pédagogie du projet. C’est ce qui explique la situation de déséquilibre vécue par les enseignants qui se trouvent tiraillés entre les deux pédagogies.

 

 

 

Dans le tableau suivant nous expliciterons les qualités et les inconvénients de chaque pédagogie.

 

 

PEDAGOGIE PAR OBJECTIFS

PEDAGOGIE DU PROJET

Q U A L I T E S

Le savoir est organisé  selon une progression rationnelle et logique du simple au complexe, correspondant à des classifications hiérarchisées.

La planification des modules et des activités dans le module permettrait une assimilation et un apprentissage progressifs par paliers.

La pédagogie par objectifs facilite le rôle de l’enseignant lors de l’évaluation puisque les critères retenus dépendent des objectifs qui ont été visés.

 

Elle ne limite pas l'apprentissage.

Elle lie les savoirs à une situation problème à résoudre. L’apprenant n’assimile pas les savoirs d’une manière mécanique (savoir pour le savoir) mais il utilise le savoir comme un moyen pour se sortir d’une situation problème.

Elle lie les contenus de différentes activités dans une thématique commune. C’est ce qui, développe les capacités pragmatiques et instrumentales des apprenants.

C’est une pédagogie qui favorise l’épanouissement de l’apprenant et son autonomie.

D E F A U T S

Les objectifs cognitifs sont privilégiés au détriment des objectifs socio-affectifs et les connaissances de mémoire au détriment des capacités de synthèse et d'expression.

Difficulté d’évaluer certaines activités par rapport à d’autres (il est plus facile d’évaluer la grammaire que d’évaluer l’expression écrite).

L'enseignement comporte un aspect interactif et socio-affectif qui n'est pas pris en compte par la pédagogie par objectifs.

La pédagogie du projet  ne donne pas une importance à la maîtrise systématique des connaissances particulières :

L'apprentissage par la découverte demande beaucoup de temps.

Les déviations idéologiques sont possibles.

Le modèle est vague et manque de rigueur. L’apprenant doit être conscient des apports de cette méthode pour qu’il sache réinvestir l’apprentissage.

 

Nous espérons que cet article aide les enseignants à comprendre les choix des nouveaux programmes et à prendre conscience des apports des méthodes adoptées.

Nous prions les collègues de ne pas négliger l’activité projet qui est malheureusement mal exploitée.

Bibliographie :

- V.-H.Tochon, Didactique du français, E.S.F., 1990.

- Pour une pédagogie du projet. Isabelle Bordallo & Jean-Paul Ginestet.

Ed. Hachette/Education.1993

Source : www.reseaux.edunet.tn

 

Ajouter un commentaire