L'après bac

Salem alaikoum collègues.

    Cette année, les résultats du baccalauréat sont très satisfaisants. Les candidats reçus sont enthousiastes. Les parents, ayant vécu une période d’attente, d’appréhension et de tension poussent un ouf de soulagement.

    Bientôt, pour chacun ( e ), des jours durant, ce sera la ruée vers les APC, de longues files d’attente, interminables, éprouvantes, exécrables, pour constituer les nombreux dossiers exigés par l’administration universitaire : dossier d’inscription, de bourse, de COUS (résidence, transport, restauration…). Le « prix » de la réussite ?

    A la maison, l’ambiance est à la fête. On reçoit jovialement les invités qui viennent exprimer leur joie de voir le neveu, la nièce, le cousin … admis. On s’enquiert discrètement des choix accordés au futur étudiant. On discute des cas de nombreux licenciés « hittistes ». On s’interroge sur les perspectives du système LMD. Certains chantent ses vertus, d’autres le dénigrent, tous, sans trop vraiment y comprendre grand-chose.

    On ne désespère pas malgré tout … Ce serait de mauvaise augure ; parce qu’après tout, réussir ne peut signifier que se contenter de ce que l’on a en espérant obtenir, de toute la force de son cœur, ce que l’on n’a pas.

 

 

Ajouter un commentaire