Témoignage d'Ancien Moudjahid

Préparation à l'écrit.

Objectif d'apprentissage :

  • Les apprenants seront capables de réinvestir les acquis de la séquence dans la production attendue.


Sujet :

Dans votre entourage, une personne aura participé à la résistance, aura fait de la prison pendant la guerre de libération nationale et aura été victime de torture.

Rédigez un texte d'une vingtaine de lignes dans lequel vous rapporterez son témoignage que vous comptez publier sur le site www.francais-au-lycee-dz.e-monsite.com.

  

1.     Lecture du sujet et découverte de la situation de communication.

-         Qui écrit?

-         Qui parle? Qui témoigne?

-         A qui le témoin s'adresse-t-il?

-         Qui ce témoin peut-il être?

-         A propos de quoi parle-t-il?

-         Par qui a-t-il été arrêté? Pourquoi?

-         Comment a-t-il été torturé?  La gégène …

-         … etc.

 

2.     Elaboration d'une grille d'évaluation.

Critères de réussite

Indicateurs

Barème

J'ai donné la parole à un témoin.

Le témoin est authentifiable (nom, surnom, fonction …)

03 pts

J'ai parlé de prison et de torture.

J'ai employé les champs lexicaux adéquats.

04 pts

J'ai situé l'événement

J'ai mis une date, un lieu

03 pts

J'ai employé des modalisateurs

J'ai mis des adj. Qualificatifs, des adverbes …

05 pts

J'ai veillé à la correction de la langue

J'ai employé les temps convenables.

J'ai utilisé un dictionnaire pour minimiser le nombre de fautes d'orthographe.

J'ai contrôlé les accords.

05 pts



Production améliorée de Belarif Manal



Voici le témoignage de mon grand-père (Belarif M'hamed, né en 1940, actuellement retraité et ancien Moudjahid dans les rangs de l'armée de libération nationale :
J'étais agent de liaison, j'assurais la transmission du courrier et l'acheminement des armes de la région sud de la wilaya (wancharissi) vers la région de (Bissa) dans le nord.
Un samedi matin, vers 7.00h alors que j'avais un courrier ainsi q'une somme d'argent à transmettre aux responsables de la région de Zeboudja, arrivant à El-adjraf, je tombai sur des militaires embusqués dans la forêt car ils étaient renseignés sur notre itinéraire. Ils m'ont ordonné d'arrêter; j'ai sauté de ma mobylette et j'ai pris la fuite. Mais malheureusement ils ont tiré sur moi. Une balle me traversa l'épaule et je perdis beaucoup de sang. On me conduisit au camp de Baufis où je fus sauvagement interrogé sur mes contacts. La torture était dure, sévère et interminable mais nous résistions. Des Moudjahidines étaient pendus et on attendait notre tour, moi et deux amis du même village, Ali Benaicha et Bouarif Djilali.
Six moi après, on nous transmit vers le camp de L'ard El Beyda, actuellement dite la ferme pilote Ali Aichouba. Nous y passâmes encore quatre mois de torture, d'humiliation, de haine et de souffrance.
Nous fûmes libérés le 04/02/1961 sous surveillance quotidienne.

Ajouter un commentaire