Sujets 3 AS - Nouvelle mouture

Niveau : 3 AS
Filière : Langues étrangères.

Composition du deuxième trimestre.

 

Pourquoi qualifier le XIXe siècle de " siècle de l'ouvrière " ? C'est qu'un phénomène tout à fait nouveau apparaît ; le coton et, avec le coton, ce textile révolutionnaire, la fabrique mue à la vapeur, la manufacture concentrée, si différente de l'ancienne fabrique lyonnaise éclatée en mille ateliers familiaux. Des usines, des fabriques, pas forcément énormes : cinquante à cent ouvriers et ouvrières, c'est déjà quelque chose. Mais elles se multiplient et il faut bien les peupler. Les patrons puisent dans l'énorme réservoir rural et d' abord chez les femmes, véritables mains de cette première révolution industrielle.
De Villermé au docteur Guépard, les enquêteurs sociaux du 19ème siècle ont maintes fois retracé les épouvantables conditions de vie des femmes et Caroline Milhaud dans le petit livre L'ouvrière en France, qu'elle a publié en 1906 en a montré la persistance ainsi que la faible efficacité d'une législation tardive : journées de travail interminables que ne peut couper ou aménager aucune décision personnelle ; longueur des trajets, salaire de famine. Le texte de Villermé est célèbre où, il évoque cette « multitude de femmes pâles, maigres, marchant pieds nus au milieu de la boue et qui, faute de parapluie, portent renversé sur la tête lorsqu'il pleut, leur tablier ou leur jupon de dessus, pour se préserver la figure et le cou. ».
Est-ce qu'ouvrières et ouvriers subiraient les mêmes coups et souffriraient sur un pied d'égalité, il n'en est rien.
Le statut des femmes à l'usine est non seulement différent mais discriminé, et nous parvenons même à en entrevoir certaines raisons.
Ouvrière, la femme, à la différence de l'homme, l'est rarement toute sa vie. Le travail féminin à la manufacture est souvent intermittent. Rythmé par les enfants, il se décompose en périodes dont la femme, le plus souvent, n'a pas souhaité le découpage. Un travail fragmentaire, éclaté, qui témoigne que l'ouvrière n'est pas qu'ouvrière mais aussi femme et mère. Assurément les inégalités sont grandes, d'une branche professionnelle à une autre, et il faut les mettre en liaison avec la diversité des conditions de travail.
Dans le tabac et les allumettes, où le chômage est rare et les salaires relativement élevés, le travail est continu : maintes vieilles ouvrières sont entrées petites filles à la manufacture et, même en cas de famille nombreuse, n'ont pas voulu quitter ce milieu privilégié, où l'on s'efforce de faire embaucher ses proches parentes et où la retraite attend celles qui ont su et pu persévérer. Dans certaines branches textiles aussi - la filature surtout - on est frappé par la relative constance du travail. C'est que les salaires, non seulement des femmes mais des hommes, restent si bas que si la jeune mère, chargée d'enfants, cessait de fréquenter l'usine, la famille entière, en tout cas ses membres les plus fragiles, mourrait de faim. Un travail intermittent donc. Mais aussi, quand travail il y a, une activité sous-payée.
Mais, de façon curieuse à nos yeux, ces notations désespérées leur semblent relever de la normalité, de la fatalité. Le sort de l'ouvrière, cette victime principielle, avec l'enfant, de la triomphale industrialisation capitaliste, peut émouvoir, il ne choque pas : c'est ainsi.


D'après Sarah Vivegnis


I. Compréhension de l'écrit. (12 points)

1. Quel phénomène apparaît au XIXe siècle ?
2. « elles se multiplient et il faut bien les peupler. » A quoi renvoient les pronoms soulignés ?
3. Où les patrons des manufactures vont-ils chercher leur main d'œuvre ?
4. Des enquêteurs sociaux de l'époque dénoncent les conditions abominables de travail. Relevez dans le 2ème paragraphe deux (02) expressions qui montrent cela (sans recopier des phrases entières du texte.)
5. Classez les expressions suivantes dans la grille :
ouvriers mieux payés / travail inconstant / travailleurs sous-payés / vie professionnelle prolongée

Dans les usines de filature Dans les manufactures de tabac

 

 

 

 

 

 

6. La présence de l'auteur, dans le texte, est manifeste (marquée). Relevez deux indices qui marquent cela.
7. « Le sort de l'ouvrière ....... peut émouvoir, il ne choque pas : c'est ainsi. »
a) Quel rapport logique est exprimé dans cette phrase ?
b) Réécrivez-le autrement en employant l'articulateur logique qui convient.
8. Quel message l'auteur du texte veut-elle communiquer aux lecteurs ?
9. Lequel de ces titres conviendrait pour le texte ?
a) XIXe siècle, le travail émancipe la femme.
b) La femme employée dans l'industrie textile.
c) XIXe siècle, le droit au travail des femmes : servitude ou liberté ?
d) La femme victime d'injustice au XIXe siècle.

II. Production écrite. (08 points)

Traitez l'un des deux sujets suivants :

1. Faites le compte-rendu objectif du texte en une centaine de mots.
2. A l'époque contemporaine encore, dans certaines sociétés, la femme qui travaille, continue de susciter un débat : est-elle mieux ou moins considérée que par le passé ?
Rédigez un texte d'une centaine de mots dans lequel après avoir souligné les différentes opinions exprimées sur le sujet, vous prendrez position.

 

Niveau : 3AS Année scolaire : 2008 / 2009
Filières scientifiques
Durée de l'épreuve : 02 heures 30 mn


Composition de français du 3ème trimestre

Les Algériens connaîtront pendant une dizaine de jours de sanglantes répressions dont les villes de Sétif, Kherrata, Guelma et beaucoup d'autres régions payeront fortement le prix, avec l'extermination de 45 000 civils. En prélude à cette répression et lors de la célébration du 1er mai, fête du travail, d'habitude orchestrée par les syndicats, une manifestation à Alger rassemble environ 200 000 personnes.
Bilan : 11 morts, arrestations, tortures et différents supplices qui n'ont pour autant pas découragé les nationalistes dans la préparation des manifestations du 8 mai 1945.
Ainsi, dans la matinée du 8 mai 1945, pour célébrer la chute de l'Allemagne nazie, les nationalistes algériens des Amis du Manifeste de la Liberté de Ferhat Abbas et du PPA de Messali Hadj (en résidence surveillée) organisent un défilé à Sétif avec les drapeaux des Alliés en tête. [...]
Bouzid Saal qui refuse de baisser le drapeau algérien qu'il porte est abattu par un policier ... Cet acte déclenche une émeute suivie d'une répression atroce.
A Sétif, Guelma, Kherrata, de terribles massacres sont enregistrés parmi la population civile.
A Guelma, les B23 ont mitraillé, des journées entières, tout ce qui bougeait. La répression judiciaire allait déboucher sur 7 400 arrestations et 151 condamnations à mort. Un massacre qui, ni plus ni moins, allait jouer un grand rôle dans le déclenchement de la guerre de libération nationale.

C. Abdedaïm
La Nouvelle République, du 8 / 5 / 2006




I. compréhension de l'écrit (13 points)
1. Quel fait d'histoire est rapporté dans ce texte ? (01.5 pt)
2. Relevez du 1er paragraphe un mot et une expression qui soulignent la sauvagerie du colonialisme français. (02 pts)
3. « Avec les drapeaux alliés en tête. »
L'expression soulignée signifie :
a) Les étendards de l'Allemagne nazie.
b) Les drapeaux des États-Unis, de l'Union soviétique et du Royaume-Uni
c) Les drapeaux français et algérien
Recopiez la bonne réponse. (01 pt)
4. Complétez le tableau suivant à l'aide des expressions et mots proposés : (02.5 pts)
L'assassinat de B. Saal / déclenchement de la révolution / émeute / massacre de la population civile / Bouzid Saal porte haut le drapeau algérien

Acte de patriotisme
Actes criminels
Conséquences

 

 

 

 


5. Que fêtaient les Algériens dans la matinée du 8 mai 1945 ? (01 pt)
6. La présence de l'auteur est marquée dans le texte. Relevez deux indices qui confirment cela. (02 pts)
7. En mai 1945, les Algériens furent victimes de deux formes de répressions. Lesquelles ? (02 pts)
8. Lequel des titres suivants conviendrait pour ce texte ? (01 pt)
a) Histoire d'Algérie.
b) De mai 1945 à novembre 1954.
c) Contre l'oubli.


II. Production écrite (07 points)

Traitez l'un des deux sujets suivants :
1. En 60 à 70 mots, faites le compte rendu objectif du texte.
2. L'histoire de la révolution algérienne est jalonnée par plusieurs dates toutes aussi importantes les unes que les autres : (1er novembre 1954 ; Congrès de la Soummam en août 1956 ; 1962 - l'Algérie indépendante). En vous référant à l'une de ces dates, rédigez un texte, d'une centaine de mots, où vous relaterez les principaux événements qui l'ont marquée.

Niveau : 3AS

Filière : Langues étrangères.

Devoir surveillé N°1

Support : Histoire des Arabes : l'Islam et les conquêtes, p.14-15

« A cette date .....l'Andalousie orientale. »

 

 

I. Compréhension de l'écrit. (12 points)

 

1- A cette date », de quelle date s'agit-il ?

2- Après lecture attentive du paragraphe, remplissez la grille suivante :

 

Dates repères

Personnages cités

Lieux

Faits historiques

 

 

 

 

3- Qui rapporte les faits d'histoire de ce texte ? Qui veut-il informer ?

4- A quels temps les faits sont-ils rapportés ? Pourquoi ?

5- Réécrivez la dernière phrase du paragraphe au présent.

 

II. Expression écrite : (08 points)

 Réécrivez les faits d'histoire racontés ici (paragraphe) sous forme de chronologie succincte en les résumant à l'essentiel.

Niveau : 3 AS
Filière : Langues étrangères.
Durée de l'épreuve : 2 heures.

Composition de français du 1er trimestre.

Un jour, on nous avait demandé à tous les cinq de sortir dans la cour pour complaire au photographe d'un journal. C'était la première fois depuis notre arrestation que nous nous voyions ensemble et ce fut pour nous une minute de joie, l'occasion d'échanger librement quelques mots et de nous sentir très près les uns des autres. Il y avait la garde habituelle qui, dans la cour, fut encore renforcée, constituant derrière nous un véritable rideau. Nous avions d'ailleurs les menottes. A cette brève « sortie » dans la cour assistait un haut fonctionnaire de la police - vraisemblablement le sous-directeur de la DST. Après la pose devant le photographe, j'entendis soudain Ben Bella dire à haute voix au sous-directeur de la DST : « Qu'on nous tue proprement au moins... » Le reste de ses propos concernait précisément cet inspecteur à tout faire qui se trouvait dans la cour et qui se mêlait aux journalistes. Ben Bella levait les mains qui étaient attachées aux menottes et d'une voix ferme et impressionnante se déchaînait contre le policier importun. Quand nous regagnâmes nos cellules, je me rappelle avoir vu le sous-directeur morigéner sévèrement le policier en question dans le couloir et lui dire sur un ton très dur : « Occupez-vous de votre travail et ne faites plus la mouche du coche ! » Depuis ce jour - tout le monde en fut témoin - nous n'eûmes pas de plus zélé serviteur que ce policier hier encore arrogant et moqueur. [...]
Nous avions appris vaguement, en lisant de vieux bouts de journaux dans les latrines, qu'il était question de nous transférer en France. Nous parvînmes au cours d'un repas surveillé à échanger quelques mots à ce sujet. Dans un sens, cela nous plaisait mais donnait aussi libre cours à nos illusions. Boudiaf exprima ce que nous croyions être le but de notre futur transfert en disant qu'il s'agissait d'une sorte de mise en scène, après laquelle le gouvernement français ouvrirait des négociations avec nos responsables. Le soir de cette même journée, le directeur de la DST, entouré de deux de ses collaborateurs, nous confirma officiellement dans son bureau où il nous avait tous réunis la nouvelle de notre départ pour Paris, dans la nuit. A cette nouvelle, nous étions tous plus détendus qu'à l'ordinaire. Peut-être aussi que l'idée de notre voyage s'associait inconsciemment à celles d'éventuelles négociations, ou tout au moins de contacts. En descendant les escaliers pour regagner nos cellules, je dis à Aït Ahmed qu'il ne fallait pas accepter de prendre part aux négociations dans notre état actuel de détenus et qu'il serait préférable de les ouvrir ailleurs qu'en France, une fois que nous serions libres. Aït Ahmed - qui y pensait comme moi et sûrement comme nous tous - m'approuva.


D'après Mostefa Lacheraf
El Watan, Edition du 12 janvier 2008


Questions

I. Compréhension de l'écrit (12 points)

1. Qui relate les faits d'histoire dans cet article de presse?
2. Classez les mots et expression suivants dans le tableau ci-dessous :
La police / Aït Ahmed / Boudiaf / le sous-directeur de la DST / Ben Bella / photographe d'un journal

Colonisés Colonisateurs

 

 

 

 

3. Relevez dans le texte 3 mots appartenant au champ lexical de la prison.
4. Pourquoi est-il demandé aux cinq détenus de sortir dans la cour de la prison?
5. "Le policier importun"
Le mot souligné veut dire :
a) Conciliant
b) Ennemi
c) Gêneur
Recopiez la bonne réponse.
6. Les 5 prisonniers allaient être envoyés dans une prison en France.
7. Complétez le texte lacunaire suivant par les mots proposés :
chefs de la révolution / transfert / négociations / le directeur de la DST
A l'annonce de leur .......en France, par....... les 5 ......éprouvèrent un sentiment de détente parce qu'ils avaient l'illusion que des .......étaient en vue.
8. Proposez un titre pour ce texte.


II; Production écrite (08 points).
Traitez l'un des deux sujets suivants:
1. Faites le compte-rendu objectif de ce texte en une centaine de mots
2. Vous avez dû voir à la télévision algérienne un reportage ou une interview sur la guerre de Libération Nationale. Le témoignage d'un moudjahid vous alors beaucoup impressionné.
En une centaine de mots, racontez le fait d'histoire qu'il a relaté et l'appréciation qu'il en a donnée.

 

 

Commentaires (26)

1. ferraz (site web) 12/02/2013

je voudrais des sujets argumentatifs pour les 3eAS toutes filières confondues et 1ères AS

2. batoul 01/04/2012

merci bocou c'est vraiment interessant de votre parts,mais je voudrai bien avoir plus de suhets si c'est possible

3. malika 31/01/2012

bonsoir merci pour ces sujets votre travail ns aide bcq bon courage pour tous

4. sissou 29/01/2012

c bien tres bien

5. ROSA 22/01/2012

ça me fait plaisir de visiter votre site!!!

6. hamza 11/01/2012

je voudrais apprendre dans votre forum parce qu' il est intéressant

7. meddour ilham 05/01/2012

merci pour les sujets je souhaite à tous la reussite

8. mourad 12/12/2011

pourquoi j arrive pas à telecharger ces documents

9. saliha 12/12/2011

comment peut-on télécharger les sujets?

10. osman 22/11/2011

EST-IL POSSIBLE DE Télécharger les sujets de compositions proposés

11. cherifi 21/11/2011

merci

12. julien 21/11/2011

j'aimerai bien recevoir ces sujets avec leus réponses.merci

13. belhadj 14/11/2011

comment recoupiez les sujets proposés SVP

14. belhadj 14/11/2011

merci pour les sujets des terminales

15. trd 16/05/2011

trd

16. tazouta 01/05/2011

merci pour ce que vous faites merci encore

17. toutou 30/04/2011

merciiiiiiiiiiiiiiii

18. hakima 14/04/2011

Merci pour le sujet. Ce texte m'a aidé

19. nice (site web) 03/03/2011

pourquoi y a tant d'ipocrisie compte aux enseignants anciens et nouvelles génération d'enseignants peut-être le nouveau les dérange ou n'addmêtent pas un enseignement novateur remarque à signaler enseignante pensive @+

20. hanane 27/02/2011

merci

21. nice (site web) 20/02/2011

possible d'avoir composition 2 niveau 3 AS ENSEIGNANTE en detresse dans un lycée de ouf en algérie

22. MAKHLOUFI 27/12/2010

merci de bien vouloir me transmettre les projets 2+3 le débat d'idée terminal science+l'interview et argumenter pour les 1 as science et lettre a+[center][/center]

23. mechekak 30/11/2010

merci bc

24. HADJ HABIB 21/11/2010

des documents concernant la préparations des cours

25. bindjou (site web) 20/11/2010

je veux des sujets d'englais

26. noussa (site web) 03/10/2010

merci pour le sujet je suis une éléve de 3 éme année langue étrangére vraiment ce texte ma donner l'aide encore une fois mérci

Ajouter un commentaire

Copyright © Français au lycée dz - février / mars 2010