Christian LEHMANN, No pasarán, le jeu, Medium, 1996.

Thierry Boisdeffre rentre de voyage scolaire et a ramené un jeu vidéo étrange qui le captive.

- Mon général ?

Thierry sursauta. La voix avait retenti si près de lui ... Pendant un instant, il crut que quelqu'un se trouvait dans la chambre à ses côtés. Même les effets sonores sont hors du commun, songea-t-il. C'était mieux qu'au cinéma, mieux que le son Dolby, mieux que le THX 1. Malgré la petite taille des enceintes incorporées dans l'ordinateur, le son semblait parfois naître d'un recoin de la pièce :

- Mon général ? répéta la voix, comme gênée d'interrompre sa méditation.

Sur l'écran défilait une forêt dévastée par les tirs d'artillerie entre Verdun et Montmédy. Une nappe de brume fantomatique flottait au-dessus du sol, à travers laquelle, ici ou là, Thierry apercevait les vestiges disloqués d'un mortier de 370 mm ou la silhouette flasque d'un cadavre empêtré dans des rouleaux de barbelés ...

- Général Boisdeffre ? insista la voix.

Thierry tourna la tête sur la droite. Le capitaine de Marigny baissa les yeux sur la pile de rapports qu'il venait de sortir de sa sacoche.

Excusez-moi, mon général, mais nous approchons du lieu de rendez-vous. Je pense qu'il serait utile que vous preniez connaissance de quelques-uns des documents qui nous sont parvenus ce matin même …

Le capitaine de Marigny devait approcher la cinquantaine. C'était encore un bel homme, soucieux du maintien de sa personne même au plus fort des combats. Ses moustaches, raides de pommade, rebiquaient légèrement vers le haut, soulignant sa coquetterie. Thierry, sous le choc, resta tassé sur la banquette sans répondre. Il jeta un regard halluciné autour de lui. Marigny, occupé à trier ses fiches, ne sembla pas s'en apercevoir.

Un instant auparavant, Thierry se trouvait dans sa chambre, occupé à tenter de repousser une attaque concertée de l'armée allemande sur son flanc Est. [ ... ] Thierry tentait de résoudre ce nouveau casse-tête, quand une scène cinématique 2 s'était mise en marche sur l'écran. La caméra avançait le long de la route de campagne, laissant voir à travers la brume les ruines d'un champ de bataille long de plusieurs dizaines de kilomètres. Les troncs d'arbres morts criblés de balles, les cratères d'obus pleins d'une eau immonde, la monotonie du décor avaient lentement sapé 3 la volonté de Thierry. Il s'était laissé aller à une méditation distraite et avait dû s'assoupir ... Je suis en train de rêver, se dit-il. J'ai dû tomber raide dans mon fauteuil devant l'écran ... il savait qu'il lui suffisait d'un minime effort pour se réveiller, mais la situation était si étrange, si irréelle, qu'il décida d'en profiter encore un moment. Le chauffeur évita une crevasse au milieu de la route, envoyant le général Thierry Boisdeffre glisser contre son capitaine d'ordonnance. Quelques feuilles tombèrent sur les genoux de Marigny et Thierry se pencha en avant pour les ramasser. [ ... ]

Il jeta un regard vers le rétroviseur intérieur de la voiture, découvrit son visage, le visage lourd, plissé de rides, d'un homme de 60 ans. Pétrifié, il ne réagit pas quand Marigny lui tendit les documents, se contenta de le poser sur ses genoux sans les lire. Ce n'était pas n'importe quel visage, c'était le sien, le visage qu'il aurait dans une cinquantaine d'années. Un visage dans lequel il retrouvait certains des traits de son père, de son grand-père. Ceci, plus encore que tout le reste, déclencha en lui un terrible pressentiment, l'intuition que quelque chose d'indicible 4, quelque chose d'effroyable, était en jeu. Il sut, sans pouvoir expliquer d'où lui venait cette certitude, qu'il ne s'agissait pas d'un rêve. C'était le printemps, le printemps dévasté d'un mois de mai 1917, et Thierry était passé de l'autre côté de l'écran, dans l'expérience ultime.

 

Christian LEHMANN, No pasarán, le jeu, Medium, 1996.


 

  1. THX : format de son haute définition
  2. cinématique : scène filmée dans un jeu video
  3. sapé : détruit
  4. indicible : qu'on ne peut pas dire.

 

Ajouter un commentaire