Les jeux vidéo au centre de la polémique

La cour suprême des Etats-Unis devrait se prononcer très bientôt sur l’éventualité d'interdire l'achat des jeux vidéo violents par les mineurs. L'affaire prend source dans une loi promulguée en Californie en 2005, et qui avait été bloquée après avoir été considérée comme anticonstitutionnelle.

 Pour les vendeurs de jeux vidéo, une loi comme celle-ci représente une atteinte directe à la liberté d'expression. L'état de Californie estime que la valeur sociale du produit est négligeable et que, contrairement à d'autres œuvres culturelles, il s'agit de la transmission d’idées et de liberté d'expression.

Les fabricants et les détaillants estiment que les jeux vidéo devraient bénéficier de la même protection que les livres, la musique et des films. «En plus de 50 ans, cette Cour n'a jamais appliqué la doctrine de l'obscénité de la sorte », se défendent les professionnels du domaine. « Ce qui vient d’être proposé représente un changement radical dans la régulation des médias, y compris des livres, des films et la télévision »rajoutent-ils en laissant comprendre que toute la production culturelle est en péril.

Ce qui découle de toute cette affaire n'est donc pas lié au fait de savoir s’il faudrait interdire, ou pas, la vente aux mineurs qui représentent une tranche importante des consommateurs, mais plutôt de savoir si les jeux vidéo sont des œuvres culturelles qu’il faudra protéger. Dans ce cas, l'interdiction ne serait pas acceptable. Si on venait à déterminer que la valeur culturelle des jeux vidéo est négligeable ou nulle, il est alors légitime d’en réglementer la vente.

Source : Internet

 

Ajouter un commentaire