Pluies diluviennes au Brésil

Par RFI

Au Brésil, après les pluies diluviennes qui se sont abattues sur Rio de Janeiro la semaine dernière, causant des coulées de boues meurtrières dans les favelas, des bulldozers ont commencé à détruire des centaines de maisons dans huit favelas, sur ordre du maire de la ville et du maire de Niteroi, une municipalité située au Nord de Rio. C'est elle qui a le plus souffert des glissements de terrain. Le nombre de morts s'élèverait à 229 dont 146 à Niteroï. Il y aurait plus de 200 disparus et plus de 50 000 sans abris.

Les autorités doivent désormais s’occuper des sans abris et des habitants qui sont toujours installés dans des zones à risque. Souvent ces derniers ne veulent pas quitter leurs habitations, et demandent des explications à leurs responsables politiques.

Les familles mettent en accusation notamment le maire de Niteroi pour négligence, Jorge Roberto Silveira. Celui-ci a immédiatement rétorqué qu'il ne savait pas que l'un des bidonvilles avait été érigé sur les restes d'une décharge, et que les pluies diluviennes n'étaient pas de sa responsabilité, qu'il s'agissait de catastrophes naturelles comme le tsunami en Asie ou le tremblement de terre au Chili. Pourtant certaines favelas auraient déjà être déplacées il y a quelques années, sans suite.

Le maire de Rio, Eduardo Paes, a quant à lui adopté un décret qui lui permet de faire évacuer de force les habitants récalcitrants. Selon lui, il y aurait plus de 10.000 logements situés dans des zones à risque. Il y a un an, le gouverneur de l'Etat de Rio avait commencé à ériger un mur vers le sud de Rio pour éviter que ne se développent davantage les favelas notamment vers les zones encore boisées et plus riches de la ville. Largement critiqué pour ce mur frontière, il revendique aujourd'hui la nécessité de freiner l'expansion des bidonvilles et de conserver les arbres.

De son côté, le président Lula a promis ce lundi 12 avril 2010 une aide très conséquente de l'Etat.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×