S’ENTRAINER A JEUN

S'entraîner dès l’aube et à jeun est un moyen utilisé par certains sportifs afin d’être « affûtés » à l’approche d’épreuves importantes ; cette méthode peut s’avérer intéressante chez les personnes qui souhaitent gérer leur poids de manière satisfaisante tout en s‘adonnant à leur sport d’endurance favori (course à pied, cyclisme, etc).

Conseils : avant de partir à jeun, il est nécessaire d'avoir fait auparavant un minimum de foncier sur 2 à 3 mois , et en étant normalement alimenté durant cette préparation , ce qui signifie d’avoir une parfaite nutrition , c’est essentiel!

J’insiste auprès des néophytes qu’il vaut mieux être en bonne condition physique pour faire un premier essai .

Je conseille de faire une visite chez un médecin du sport et en particulier pour les personnes sujettes au diabète.

Principe : suite à une nuit de jeûne le glycogène musculaire est au plus bas. Le but d'une pratique sportive matinale est d'épuiser ce qui reste de sucre organique disponible et qui s’appelle glycogène hépatique (env. 60g dans le foie).

Plus on tape dans cette faible réserve de sucre, plus rapide est la dégradation de ce dernier.

Il faut quand même un temps d'adaptation pour qu’ensuite le corps puise dans une autre source d'énergie : les acides gras !

Donc suite à un épuisement de la glycémie on observe une grande consommation des acides gras;la dégradation peut être multipliée par 5 suivant le temps consacré sur le terrain !

La période d'adaptation peut être courte et ainsi sera mis à contribution 1 autre source lipidique, le glycérol ;il sera transformé par le foie pour fabriquer du glucose destiné à nourrir les organes vitaux, cerveau et cœur, lors de ces sorties matinales. La pratique habitue le corps à mobiliser ses réserves et par suite contraindre les graisses à fournir de l'énergie utilisable.

IL faut être assidu pour parvenir à une baisse des graisses corporelles.

La méthode : commencer par des sorties d'1/2H et ensuite de 1H à 1H30, 2 ou 3 fois/sem. pas plus ! et en restant dans la filière aérobie et sans intensité autour de 60/70% de la Fcmax !!

La fréquence cardiaque étant personnelle , il suffit de pouvoir parler en courant ou en pédalant . Boire de l'eau pendant l'effort , env.0,5L pour 1 H (1 bidon cycliste)

Ne pas dépasser 2H bien que certaines personnes arrivent à accélérer le processus de fonte de graisse. Il faut quand même être prudent car au delà de ces 2H (variable suivant le niveau de l’athlète) cet état peut nuire à la santé (diabète par ex) ; l’explication vient du fait qu’à partir d’un certain seuil il y a une production de corps cétoniques (déchets issus de la dégradation des graisses et autres acides aminés) . Cela dépend bien sûr du métabolisme de chacun , d‘où l‘intérêt d‘apprendre à bien se connaître !

Les habitudes alimentaires sont importantes car elles doivent garantir une parfaite nutrition tout au long des semaines précédant ce type d’entraînement .

Conclusion : cette méthode permet de mieux maîtriser son corps en étant plus affûté à condition d’être à l'écoute de ses sensations. Elle nécessite une bonne connaissance de soi et on conseille dans les premiers temps d'être vigilant dès les 1ères minutes de la sortie. Emporter un gel énergétique ou quelques tablettes de dextrose pour éviter toute mauvaise surprise éventuelle !

Au retour de la sortie , prendre un yaourt liquide pour contrer l’acidité gastrique et un petit déjeuner composé d’hydrates de carbone , de protéines , de glucides et en y ajoutant un fruit au choix , cuit de préférence .

MASTERS

( Entraîneur éducateur sportif au VC MEDOCAIN )

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.