Apprendre les langues vivantes

Texte non référencé proposé par un visiteur du site "Achraf" pour être résumé.

Il semble urgent de réfléchir sur les moyens de faciliter la communication entre les peuples.

Il existe déjà des éléments très positifs, comme les voyages, les échanges de toutes sortes, les jumelages etc....Mais ces échanges, si l'on veut qu'ils portent pleinement leur fruit, ne doivent pas être contrariés par l'impossibilité à s'exprimer dans des langues autres que la langue maternelle, d'où la nécessite d'une politique des langues vivantes. Insistons donc sur l'étude par méthodes nouvelles des langues étrangères. Observons d'abord qu'à notre époque, où les distances se raccourcissent et où les peuples se rapprochent, leur connaissance devient impérative pour tous ceux qui envisagent une activité commerciale, scientifique et culturelle... N'oublions pas que ce qui a facilité la formation des « États- continents », comme les États Unis d'Amérique ou l'U.R.S.S a été l'utilisation d'une langue commune. Une question se pose alors : à partir de quand peut-on apprendre une ou plusieurs langues étrangères ? Les adversaires de l'apprentissage précoce d'une langue étrangère craignent de compromettre celui de la langue maternelle, qui n'est déjà pas si aisé. Mais ces arguments, peut-être respectables, freinent une évolution irréversible. Au contraire, notre idée est de rendre obligatoire l'enseignement d'une ou plusieurs langues. Les psychologues, les pédagogues et les pédiatres reconnaissent que les petits enfants apprennent avec une extrême rapidité les langues étrangères, comme l'exposait Mme Montessori dans son livre « L'enfant ».

C'est pour cette raison que l'étude des langues vivantes doit commencer dès la maternelle. Il est, par ailleurs, souhaitable de limiter, lors de la maternelle et du primaire l'étude des langues vivantes à la compréhension et au parler ; l'écriture n'intervenant que plus tard afin de ne pas entraver l'apprentissage de la langue maternelle.

Ajouter un commentaire