La peur du nucléaire


     Avec l'utilisation technologique de la fission nucléaire, l'homme a fait un saut dans une nouvelle dimension de la violence. Au début, celle-ci ne visait que des adversaires militaires. Aujourd'hui, elle menace tout un chacun. Il n'existe en effet aucune distinction fondamentale entre les atomes pour la guerre et les atomes pour la paix. La volonté déclarée de ne s'en servir qu'à des fins constructives ne modifie en rien la nature de la nouvelle énergie, qui est ennemie de toute vie. Les efforts déployés en vue de dominer les risques qu'elle présente ne peuvent contrôler le danger que partiellement. Ses partisans eux-mêmes sont contraints d'admettre qu'il ne sera jamais possible de les suprrimer complètement.

     Une catastrophe atomique qu'elle soit due à un défaut technique, à une défaillance humaine ou à un acte de malveillance, causerait non seulement d'énormes dégâts dans l'immédiat, mais aurait des effets se prolongeant pendant des décennies, des siècles, voir des millénaires. Cette hypothèque sur l'avenir, cette peur des conséquences de l'énergie nucléaire incontrôlée, va devenir le plus lourds fardeau de l'humanité : qu'il s'agisse de traces toxiques persistantes ou simplement d'une peur qui ne disparaîtra jamais.

     Les partisans de l'énergie atomique n'ignorent certainement pas ces sombres perspectives. Ils sont, certes, persuadés de pouvoir protéger leurs citoyens grâce à des mesures de sécurité sans précédent. Si cette protection était uniquement d'ordre technique, ce serait principalement le problème des ingénieurs, et aussi à cause de son coût particulieèrement élevé des économistes. Toutefois, cette invention humaine doit également être protégée, avec une rigueur sans parallèle, contre les hommes eux-mêmes : cotre leurs erreurs, leurs faiblesses, leur dépit, leur ruse, leur volonté de puissance, leur haine. Si l'on voulait essayer de protéger les installastions nucléaires de façon absolue contre cela, la conséquence inévitable en serait une existance pleine d'interdits, de contrôles et d'obligations, qui chercheraient leur justification dans la magnitude des dangers potentiels.

     Pour la société comme pour l'individu, il est urgent d'exposer ces conséquences et d'y réfléchir, car les dangers sociaux et politiques de l'énergie nucléaire ont jusqu'à présent été éclipsés par des considérations sur ses effets biologique et écologique.



L'Etat atomique. Traduit de l'allemend par Frank Straschitz.

Ajouter un commentaire