Polémique sur les ondes

Villeneuve: polémique sur les ondes

http://www.grenews.com/la-brouille-des-antennes-a-la-villeneuve-@/article.jspz?article=15546

GRENEWS, par Nicolas ROBERT, le 08/07/09 à 10h41

 

Les deux séries d’antennes-relais  qui font parler  depuis des mois vont être délocalisées vers la Bourse du travail. L’intensité d’émission reste au cœur du débat.

Ça bouge dans le ciel de la Villeneuve de Grenoble. Les antennes-relais installées au 8, allée des Fresnes, propriété d’Orange, ont été démantelées avec l’arrivée de l’été.

Une nouvelle plutôt bien accueillie par le Collectif Antennes du quartier, qui se bat depuis plusieurs années pour ça. “Mais nous nous battons également contre les antennes Bouygues au 50, place des Géants, explique Antoine Morant, membre du collectif. On nous avait dit que leur bail se terminait fin 2009 : ce sera fin 2012. On a le sentiment d’être mis devant le fait accompli”.

Les mobilisés affirment aussi avoir découvert incidemment des panneaux de permis de construire, annonçant l’installation de nouvelles antennes Bouygues et Orange au sommet de l’immeuble de la Bourse du travail, à quelques mètres.

“Il y a eu un imbroglio”

La municipalité, qui fait office de médiateur dans ce dossier, joue elle la carte de l’apaisement. Le bail des antennes Bouygues ?

Il y a eu un imbroglio, reconnaît-on au sein du cabinet du maire. Il avait été annoncé aux riverains qu’il se terminait fin 2009. Or, un avenant signé au cours de la précédente présidence d’Actis (NDLR : organisme HLM de Grenoble, propriétaire de l’immeuble concerné) a été découvert. Pour autant, il n’y a jamais eu de volonté municipale de maintenir la situation pérenne”.

L’installation de nouvelles antennes sur la Bourse du travail ?

La Ville a travaillé pour favoriser l’émergence d’une solution, explique Gildas Laeron, conseiller municipal. La priorité : démanteler la première série d’antennes et informer les résidants de la Bourse du travail. Puis, les travaux ont été annoncés...”

Mesures en vue

Alors, devancée par l’info, la municipalité ?

On ne peut pas dire ça, répond Laeron. Nous avions parlé de ce site et nous nous engageons à répondre aux interrogations liées à ce dispositif. Nous l’avons déjà fait avec le conseil de gestion de la Bourse du travail et certains membres du conseil syndical du 70-72, avenue de Constantine. La Ville entend également poursuivre son travail d’accompagnement et de transparence dans les conditions prévues par la législation et la charte qui la lie avec les opérateurs. Des mesures de valeurs d’exposition auront lieu régulièrement”. Les travaux à la Bourse du travail doivent s’achever dans le dernier trimestre 2009.”

 Dépôt de plainte à l'horizon ?

Considérant que “les promesses de démantèlement faites par la mairie n’ont pas abouti”, les membres du Collectif Antennes Villeneuve envisageaient fin juin de se tourner vers la justice. “Les antennes qui devraient être installées sur la Bourse du travail sont des antennes-relais GSM et UMTS, celles-ci sont plus puissantes. Pour nous, il s’agit de déplacer le problème en l’amplifiant”, expliquent les membres du collectif.

Trouble du voisinage ou dommages permanents suite à l’exposition aux ondes, la forme de la plainte reste à définir. Elle viserait les opérateurs et pourrait être déposée à la fin de l’été.

Ce qu'il faut aussi savoir...

La charte Ville/opérateurs

C’est le document qui lie la Ville aux opérateurs de téléphonie mobile (SFR, Bouygues, Orange). D’une durée de trois ans, la dernière vient de se terminer.

La rencontre

En avril, la municipalité a sollicité l’avis du Collectif Antennes (ainsi que d’autres structures) lors de l’étude de reconduction de la charte avec les représentants des opérateurs.

Problème: le Collectif a notamment demandé à ce que l’on parle de la puissance d’émission des antennes, pour que la valeur limite d’exposition soit fixée à 0,6 volt par mètre (projet de loi de 2007). N’étant pas contraints par la loi, les opérateurs ont refusé.

Un débat national

“Il est illusoire de croire que les opérateurs accepteront de s’inscrire dans le cadre d’une expérimentation de baisse de la valeur limite d’exposition à Grenoble si elle n’est pas nationale, explique Gildas Laeron. Notre ville affirme néanmoins sa volonté de participer à ce type d’opérations, pour apporter des réponses concrètes et porter le débat sur le terrain législatif”.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.