Pollution_support

     On distingue deux causes de pollution atmosphérique : celles qui proviennent directement de la nature (naturelles) et celles qui sont dues à l'action dévastatrice de l'homme (anthropiques).

     Les activités géologiques de la terre, comme le volcanisme (les volcans en éruption envoient du soufre dans l'air) et les événements météorologiques tels que les orages qui dégagent du dioxyde d'azote, sont les causes naturelles de la pollution atmosphérique.

     La pollution anthropique* est surtout due à la combustion des carburants fossiles; celle-ci est très récente. Cette pollution a évolué à travers l'histoire: pendant la préhistoire et l'antiquité, la pollution était alors faible, et, était principalement due au défrichement et à la destruction progressive de la végétation. Avec le développement des villes, l'utilisation du chauffage au bois et au charbon engendre des combustions et des dégagements de CO². Cette pollution s'accroît encore lors de la révolution industrielle. Les industries utilisent des machines et découvrent de nouveaux types d'énergie comme le pétrole. A l'époque contemporaine, un nouveau type de pollution s'est ajouté à la pollution industrielle: la pollution "automobile". La combustion des éléments tels que le pétrole, le gaz naturel et le charbon libère du CO² et de SO². Ce sont donc les moyens de transports actuels qui font partie des plus grands polluants: ils sont responsables du rejet de 87% de monoxyde de carbone et de 70% d'oxyde d'azote.

     Par ailleurs, l'agriculture est aussi une des causes de la pollution. Ainsi l'élevage bovin et les cultures en rizière entraînent le rejet de méthane (CH4) dans l'atmosphère. La déforestation résulte également du dégagement du dioxyde de carbone. En effet, chaque année, elle entraîne la disparition de 210 milliers de km² de forêt tropicale.

      Même si la pollution atmosphérique provient en partie de la nature, notamment du volcanisme, les causes anthropiques représentent néanmoins plus des 2/3 des origines de cette pollution.

D'après "Ozone" 2002.

Ajouter un commentaire